Usages philosophiques des poètes

Editeur(s) : Jouët-Pastré Emmanuelle, Saetta Cottone Rosella

22,00 €

L’attitude de Platon envers les poètes et leur art demeure un fait unique, si bien que le sujet continue de susciter et d’alimenter chez les philologues comme chez les philosophes de nombreuses questions, dont les réponses restent partielles ou insuffisantes : comment concilier la critique platonicienne de la poésie et des poètes avec sa pratique de l’écriture, qui doit tellement à l’art des Muses ? Face à la complexité d’un débat aux enjeux multiples, puisqu’il en va à la fois de la définition de l’entreprise platonicienne, de la séparation entre formes de savoirs concurrentes et plus généralement de l’histoire des formes de discours dans la Grèce antique, le choix de ce recueil a été de se pencher sur le bon usage des poètes que Platon fait dans ses dialogues, à savoir sur la manière dont il s’approprie l’art des poètes, leur technè, pour en faire l’instrument et le lieu même de sa pensée, dans ses nombreuses articulations : éthique, politique, esthétique, linguistique, épistémologique et métaphysique. Parallèlement, le livre invite à revenir sur l’interprétation des critiques que Platon adresse aux poètes dans certains de ses dialogues, pour en dégager les enjeux épistémologiques.

    Collection : Études anciennes de l ADRA

  • Année de publication 2018
  • ISSN 0986-3559
  • ISBN 978-2-913667-54-9
  • Support Livre broché
  • Format 16 x 24
  • Numéro dans la collection 69
  • Nombre de pages 282

AVANT-PROPOS PAR Emmanuelle JOUËT-PASTRÉ et Rossella SAETTA COTTONE ; Rossella SAETTA COTTONE, « La citation des Nuées d’Aristophane et le récit sur la mission delphique de Socrate dans l’Apologie de Platon : une question herméneutique unique » ; Franco TRABATTONI, « Sur la signification de l’Ion de Platon » ; Fulcran TEISSERENC, « ‘‘Patience, mon cœur’’. Logique et littérature dans l’exemple de la tripartition de l’âme » ; Andrea CAPRA, « Platon et la comédie. Une apologie fantastique pour la poésie ? » ; Luisa S. BUARQUE DE HOLANDA, « Noms propres philosophiques, noms propres comiques : le Cratyle et Les Nuées » ; Emmanuelle JOUËT-PASTRÉ, « La transposition diégétique de l’Iliade ou le poète assassiné » ; Létitia MOUZE, « Que Platon a volé le mythe aux poètes pour le donner aux philosophes » ; Stefano JEDRKIEWICZ, « ‘‘Le criminel est un ignare’’ : les apories de l’Electre d’Euripide et les paradoxes du Socrate de Platon » ; BIBLIOGRAPHIE ; INDEX DES PASSAGES DISCUTÉS ; INDEX DES NOTIONS ; INDEX DES NOMS PROPRES.

Publishers

Collections