Réception de l'imaginaire apocalyptique dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles

Auteur(s) : Bergot Louis-Patrick

62,25 €

Bien loin de la conception cataclysmique que nous en avons, l’apocalypse est en réalité un genre littéraire qui s’enracine dans l’Antiquité judéo-chrétienne. Deux de ces apocalypses, l’Apocalypse de Jean et l’Apocalypse de Paul, ont laissé une empreinte durable dans les mentalités médiévales, car elles répondaient à deux préoccupations majeures du Moyen Âge : le Jugement collectif et le Jugement individuel. Elles ont donné naissance à un imaginaire qui a imprégné une part considérable de la littérature médiévale, jusqu’à devenir un univers mental autonome, riche de motifs, de lieux, de créatures et quelquefois d’inquiétudes. De texte en texte, cet imaginaire s’est propagé au gré de strates intertextuelles que la philologie est en mesure de démêler. Cependant, ce réseau d’interférences ne doit pas nous faire oublier que l’imaginaire apocalyptique a aussi sollicité, au fil de sa transmission, des mécanismes cognitifs tels que la compréhension, la représentation ou l’imagination.

    Collection : Publications Romanes et françaises

  • Publication 2020
  • ISSN 0079-7812
  • ISBN 978-2-600-06032-5
  • Support Livre broché
  • Format 15,2 x 22,2
  • Num. dans la collection 270
  • Nombre de pages 696

This study provides a philological exploration of French apocalyptic literature from the twelfth and thirteenth centuries. Rooted in Judeo-Christian Antiquity, the apocalypse is a literary genre that largely responds to two major concerns of the Middle Ages – collective and individual judgement – and, as such, its imagery permeates much of medieval literature.

Editeurs

collections