De l'orator au secrétaire

Modèles épistolaires dans l'Europe de la Renaissance

Auteur(s) : Panzera Maria Cristina

55,00 €

L’échange épistolaire occupe une place très importante dans les pratiques sociales, politiques et culturelles de l’époque prémoderne, s’érigeant en genre littéraire à part entière à la Renaissance. Tout au long du XVIe siècle, l’imprimerie italienne se spécialise, en effet, dans la publication de livres de lettres, et la parution en 1564, à Venise, du traité Del Secretario de Francesco Sansovino inaugure une riche tradition de manuels d’écriture épistolaire pour les professionnels de la plume. Ces tendances éditoriales mettent à l’honneur un savoir humaniste enraciné dans l’enseignement scolaire et universitaire du Quattrocento à l’échelle européenne et dont le socle rhétorique repose sur la correspondance de Cicéron. L’enseignement d’Erasme, mais également celui de l’humaniste vénitien Francesco Negro sont ainsi assurés d’une longue continuité, parfois surprenante, impliquant des démarches de traduction, d’adaptation voire de contournement de la censure.

    Collection : Travaux d humanisme et renaissance

  • Publication 2018
  • ISSN 0082-6081
  • ISBN 978-2-600-05853-7
  • Support Livre broché
  • Format 17,5 x 25
  • Num. dans la collection 585
  • Nombre de pages 456
  • Illustrations noir & blanc

Avant-propos

Introduction

Chapitre premier. Essor de l’épistolographie en langue vernaculaire.

Lettres d’auteurs : un nouveau genre éditorial

Les anthologies des modernes

La saison des secrétaires

L’épistolier en historien de son temps

Vie intellectuelle et « médiatisation » épistolaire

Chapitre II. Éducation et transmission

Continuité ou rupture ? Penser l’histoire de l’éducation

Le développement de l’ars dictaminis

Cicéron et Pétrarque

La place de la lettre dans la formation humaniste

Les foudres d’Erasme

Une galerie de maîtres contestés : lacunes dans la recherche

Chapitre III. De Venise à l’Europe : l’enseignement de F. Negro

Itinérances d’un précepteur désargenté

Un manuel épistolaire pour les étudiants en droit

La méthode et ses sources

L’école humaniste vénitienne : institutions et idéologie

L’inspiration cicéronienne de l’Opusculum

La diffusion par l’imprimerie

Chapitre IV. La réception de F. Negro : continuité et transformations

La première réception en latin

Les sources humanistes de Pierre Fabri (1521)

Fabri traducteur des modèles épistolaires négriens

Les avatars de Fabri (et de Negro) : vers l’art des secrétaires

Après 1553 : le legs de Negro à l’art des secrétaires

Chapitre V. Les premiers formulaires italiens

Le développement des chancelleries dans le cadre politique italien

Formulaires et manuels d’écriture : Cristoforo Landino

L’éducation des classes populaires à Venise : Antonio Tagliente

Les modèles de Negro dans les Lettere d’Antonio Minturno

Chapitre VI. Dans l’atelier de Francesco Sansovino : un éditeur

humaniste maître de l’art épistolaire

Un livre à succès : le Del Secretario

Structure et évolution du recueil

Un écrivain-éditeur sur les traces de Bembo

Encore des anges et des secrétaires

Le livre I : une compilation de sources humanistes

La reprise de l’Opusculum de Francesco Negro

Chapitre VII. Coexistence des modèles de Negro et d’Erasme

Sansovino lecteur du De conscribendis epistolis

Un projet concurrent, le manuel de Scaridino

L’enseignement épistolaire en milieu clérical : Ercolani continuateur de Negro

La longue durée de l’enseignement humaniste

Conclusions

Modèles épistolaires

La tradition de l’Opusculum de F. Negro

Les rapports entre les mss et l’édition de 1488

Les éditions du Del Secretario de Sansovino

Critères d’édition2

Les modèles de Negro et la réécriture de Sansovino

Tables des correspondances

Illustrations

Table des illustrations

Bibliographie

Index"

Editeurs

collections