Interprétation et signification à la Renaissance : le cas du droit

Auteur(s) : Maclean Ian

24,00 €

C’est un lieu commun de la critique moderne que de rappeler qu’il n’y avait aucune théorie générale du langage à la disposition des penseurs de la Renaissance, et que les études de grammaire se confinaient, pour la plupart, à une enquête sur les traits formels de la langue. Aucune communauté ne peut toutefois fonctionner sans partager un minimum de présupposés sur la signification et sa transmission, ce qu’induit la pléthore d’ouvrages qui traitent de l’interprétation à cette époque (commentaires, traductions, paraphrases, éditions, épitomés…). La transmission de la signification était manifestement florissante et donnait tout naturellement lieu à de vifs débats sur l’exactitude de l’interprétation en théologie, en droit, en médecine, en philosophie et au sein des études humanistes. Il fallait faire un choix et ce livre se focalise sur les théories de l’interprétation et de la signification dans la production écrite de la jurisprudence à la Renaissance.

    Collection : Titre courant

  • Publication 2016
  • ISSN 1420-5254
  • ISBN 978-2-600-00560-9
  • Support Livre broché
  • Format 12 x 19
  • Num. dans la collection 60
  • Nombre de pages 320
  • Illustrations noir & blanc

ILLUSTRATIONS

REMERCIEMENTS

NOTES SUR LA PRÉSENTATION DU TEXTE

INTRODUCTION

CHAPITRE PREMIER

Contextes

L’étude du droit romain au Moyen Age et à la renaissance

Le droit et son statut dans les universités

Les textes de droit : genres, production, présentation, distribution

La défense du commentaire faite par Justinien et son interprétation

La défense de la pédagogie juridique

CHAPITRE II

Interprétation et cursus académique

Grammaire

Logique et dialectique

Topiques et rhétorique

L’interprétation en théologie et en médecine

Le développement de la pédagogie juridique

CHAPITRE III

Théories de l’interprétation et de la signification

Le texte évident par lui-même

Autorité et interprétation

Signification, référence, preuve et interprétation de la preuve

La méthode

Définition, étymologie, division

Modes d’interprétation : déclaratif, extensif, restrictif

Les mots et les choses : propriété, ambiguïté, usage

Cavillation : l’interprétation en mauvaise part

Fictions juridiques

Sens littéral, subjectif et objectif : « verba », « mens legislatoris » et « ratio legis »

La force illocutoire et perlocutoire : les performatifs

Interprétations non-linguistiques : coutume et équité

CHAPITRE IV

Parallèles et exemples

Suarez

L’Angleterre

Droit de la diffamation et sémantique

CONCLUSION

NOTES

BIBLIOGRAPHIE DES SOURCES PRIMAIRES

INDEX DES CITATIONS DU CORPUS JURIS CIVILIS

INDEX DES NOMS

INDEX DES TERMES DE DROIT ET DE LINGUISTIQUE

TABLE DES ILLUSTRATIONS

"

Editeurs

collections