La Grèce et la guerre

Actes du XXVe colloque de la Villa Kérylos, 3-4 octobre 2014

Editeur(s) : JOUANNA Jacques, CONTAMINE Philippe, Michel Zink

35,00 €

Depuis Homère, la guerre, à de fréquents intervalles, est venue voiler de son ombre le soleil radieux censé éclairer l’espace hellénique, qu’il soit terrestre ou maritime. En cette année de commémoration du déclenchement de la Première guerre mondiale, à laquelle la Grèce prit part, sous des formes diverses (il n’est que de songer à l’action de Venizélos et à l’ouverture du « front d’Orient »), ce thème s’est comme imposé à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour son XXVe colloque de la Villa Kérylos. Sans discontinuer, poètes, philosophes, historiens et artistes de la Grèce antique ont porté une attention considérable au phénomène de la guerre. La permanence de ce thème d’inspiration et de réflexion, par-delà les siècles et les types variés qu’il revêtit, apparaît remarquable car il reflète la continuité, non exempte d’inflexions, d’un ensemble de pratiques et de valeurs masculines (comme le genre du vocable Polemos le souligne) ayant largement contribué à modeler les diverses formes de sociétés qui s’échelonnèrent au cours de l’histoire grecque, depuis les temps archaïques jusqu’aux monarchies hellénistiques, en passant par l’époque classique des cités et des soldats citoyens. C’est que la guerre, « Père de toutes choses » selon Héraclite, embrassait tous les aspects de la vie politique, sociale, juridique, économique et religieuse. C’est qu’elle constituait aussi, du fait de son caractère récurrent, l’état le plus commun des relations entre entités étatiques au sein de la Grèce et avec ses voisins, à tel point que l’histoire des Hellènes demeure, aujourd’hui encore, scandée dans les chronologies par les grands conflits qui l’animèrent. Atteste également de la présence endémique, et selon divers modes, de la guerre dans la vie des Grecs une masse énorme de témoignages matériels ayant franchi les siècles, à commencer par une foisonnante documentation épigraphique, un répertoire iconographique extrêmement abondant ou bien encore d’impressionnants vestiges architecturaux parmi lesquels se distinguent enceintes et fortifications. Par le biais d’angles d’approches variés, la première partie de ce colloque cherchera à mettre en valeur comment les Grecs vivaient et concevaient la guerre, quelle influence elle exerçait sur leurs modes d’organisation, leur mœurs ou leur culture, bref quelle marque elle imprima, en fonction de ses mutations propres, sur les divers niveaux de manifestation de leur civilisation et sur son destin. La seconde partie du colloque ne se contentera pas d’une promenade martiale, aux dimensions techniques et sociales, institutionnelles et culturelles, à travers la longue période médiévale, au temps de l’empire byzantin, assez tôt sur la défensive : elle se proposera également d’évoquer l’influence du modèle de la Grèce antique sur l’art militaire au siècle des Lumières, sur la peinture d’histoire ainsi que le retentissement à travers l’Europe romantique de la guerre d’Indépendance.

    Collection : Cahiers de la villa « Kérylos »

  • Publication 2015
  • ISSN 1275-6629
  • ISBN 978-2-87754-333-0
  • Support Livre broché
  • Format 17 × 24
  • Num. dans la collection 26
  • Nombre de pages 316
  • Illustrations noir & blanc

Allocution d’accueil, par Michel ZINK, secrétaire perpétuel de l’AIBL

« La guerre et les historiens », par M. Trédé, correspondant de de l’AIBL

« Les orateurs antiques entre guerre et paix », par L. PERNOT, membre de l’AIBL

« Guerre et philosophie en Grèce ancienne : aux origines de l’art de la guerre », par J. JOUANNA, membre de l’AIBL

« Du nouveau sur le combat des hoplites. Vraiment ? », par P. DUCREY, associé étranger de l’AIBL

« L’éphébie athénienne comme préparation à la guerre du IVe au IIe siècle av. J.-C. », par D. KNOEPFLER, associé étranger de l’AIBL

« L’organisation de la guerre macédonienne : Philippe II et Alexandre », par M. HATZOPOULOS, associé étranger de l’AIBL

« Payer la guerre en Grèce antique », par O. PICARD, membre de l’AIBL

« Le feu grégeois, ses vecteurs et ses engins de propulsion », par R. HALLEUX, associé étranger de l’AIBL

« Alexandre le Grand, modèle et précurseur des croisés ? », par J.-Y. Tilliette, correspodant de l’AIBL

« La défense de l’Empire romain d’Orient lors de la quatrième croisade », par J.-C. Cheynet

« Quand la Morée était française : “Faits d’armes et de chevalerie” », par Ph. CONTAMINE, membre de l’AIBL

« Polybe et le chevalier de Folard », par J.-P. Bois

« Ingres, historien militaire ? Quelques aspects du fonds inédit du musée Ingres de Montauban », par A. Goetz

« Le front d’Orient dans la Grande Guerre. Enjeux et stratégies », par Y. Mourélos

Bilan et conclusions, par Ph. CONTAMINE et J. JOUANNA

Editeurs

collections